Monnaie de Monaco

Histoire de la monnaie monégasque: les pièces de monnaie en franc et euro

1 franc MonacoLe site est occupé depuis la préhistoire, connait une implantation romaine (Port Hercule, où César lui-même fera une escale lors de la guerre des Gaules), avant de devenir une colonie de la République de Gênes qui y construisit une forteresse à partir de 1215.

Monaco est gouverné par la dynastie des Grimaldi depuis le 8 janvier 1297, date à laquelle François Grimaldi dit Malizia (François le Malicieux) s'empara de la forteresse sous un déguisement de moine franciscain. On trouve sur le blason de la principauté les traces de cette origine avec les deux moines tenant une épée.

L'autorité des Grimaldi fut définitivement reconnue en 1314, et s'est perpétuée jusqu'à aujourd'hui à la seule exception de la période de 1793-1814 pendant laquelle Monaco fut intégrée à la France, sous le nom de Fort Hercule. La ville est ensuite placée sous protectorat du royaume de Sardaigne par le congrès de Vienne jusqu'en 1860. Enfin, en 1861, un traité franco-monégasque assure la souveraineté de Monaco.

Autrefois, les communes françaises de Menton et de Roquebrune (aujourd'hui Roquebrune-Cap-Martin) faisaient partie de la principauté. En 1848, elles se sont soulevées et se sont proclamées villes libres. Lors du traité de 1861, elles ont été rattachées à la France.

Le prince de Monaco dispose des pleins pouvoirs jusqu'à l'octroi de la constitution de 1911, qui fait du pays une monarchie constitutionnelle. En juillet 1918, un traité accordant une protection limitée de la principauté par la France est signé entre les deux pays. Le traité fait partie du traité de Versailles, et établit que le petit État devra s'aligner sur les intérêts politiques, militaires et économiques de la France.

Dès les plus anciennes époques de la préhistoire et la plus haute Antiquité, le Rocher de Monaco et le port naturel servent de refuge aux populations primitives puis à des navigateurs venant d’Orient. C'est au VIème siècle av. J-C, qu'une tribu ligure habitant la région aurait donné à Monaco son nom.

Depuis sept siècles, la Famille des Grimaldi préside aux destinées de la Principauté de Monaco. Cette longévité dynastique exceptionnelle illustre l'unité nationale des Princes et du Peuple monégasque.

Traditions religieuses et traditions profanes se perpétuent. Elles s'interpénètrent parfois, les cérémonies rituelles se poursuivant en réjouissances populaires. Les traditions religieuses sont cependant plus profondément ancrées que les secondes dans la mémoire collective des Monégasques. Elles sont partie intégrante, et exclusive de leur patrimoine socioculturel et moral. En outre, malgré l'exiguïté de son territoire, la Principauté de Monaco a un patrimone architectural très riche et varié.

État indépendant et souverain, la Principauté de Monaco confronte le territoire de plusieurs communes du département français des Alpes-Maritimes (d’ouest en est, Cap-d’Ail, La Turbie, Beausoleil et Roquebrune-Cap-Martin) et possède une façade sur la Méditerranée.

Sa superficie est de 195 hectares, dont près de 40 ont été gagnés sur la mer au cours des 20 dernières années. Elle s’étend sur une étroite bande côtière s’élevant parfois presque à la verticale et culminant à 163 mètres. Sa largeur varie de 1.050 mètres à seulement 350 mètres. Elle longe la mer sur 4.100 mètres.

La Principauté ne forme qu’une seule commune, Monaco, dont les limites se confondent avec celles de l’Etat. Le climat est doux l’hiver et chaud sans excès l’été. La température moyenne de l’année est de 16°31 et la Principauté bénéficie d’un ensoleillement exceptionnel.

Monaco vit au rythme du monde, 125 nationalités y sont représentées. Parmi les résidents, 40 % sont français, 17 % italiens et 5 % britanniques.

A compter du 1er janvier 1999, l'euro est introduit sur le territoire monégasque et depuis le 1er janvier 2002 les pièces et les billets libellés en euro ont cours légal en Principauté au même titre que les monnaies nationales.

Pour la période de la Seconde Guerre mondiale, voir l'article détaillé : Histoire de Monaco pendant la Seconde Guerre mondiale

Le Prince Rainier III accède au trône après la mort de son grand-père le Prince prince Louis II (le stade de l'AS Monaco porte d'ailleurs son nom), en 1949. Une nouvelle constitution est rédigée en 1962, abolissant la peine de mort, autorisant le vote des femmes et mettant en place une cour suprême garantissant les libertés fondamentales.

En 1982, la principauté est endeuillée en apprenant la mort de la princesse Grace de Monaco, épouse de Rainier III et mère de l'actuel prince de Monaco (Albert II), victime d'un accident de la route sur les hauteurs de Monaco, sur la route même où elle avait jadis tourné dans le film La Main au collet. Sa fille Stéphanie de Monaco survit à cet accident.

En 1993, Monaco devient officiellement membre des Nations unies.

En 2002, un nouveau traité entre la France et Monaco renforce le caractère souverain et indépendant de la Principauté.

En 2004, la principauté de Monaco rejoint le Conseil de l'Europe après de nombreuses tractations et une modification de la loi électorale rendant systématique une représentation de l'opposition au conseil national par un mode de scrutin ayant une composante proportionnelle.

À la mort du Prince Rainier III, survenue le 6 avril 2005, c'est son fils Albert II (né en 1958), jusque-là prince héréditaire et marquis des Baux, qui devient prince souverain. Les cérémonies marquant son avènement se sont déroulées le 12 juillet 2005, celles de son intronisation officielle le 19 novembre 2005. Le prince étant célibataire et sans enfant légitime, l'héritière du trône est désormais sa sœur aînée Caroline, née en 1957, épouse du prince Ernst-August de Hanovre.

Copyright © LesFrancs.com
les francs numismatique